estloirenord

 

Ce triptyque aborde les différentes armées de la toute nouvelle troisième république.
Sujet rarement traité (en tout cas récemment), les trois ouvrages suivent la création, les premiers succès initiaux puis finalement leurs déconvenues.

L'auteur aborde simplement et clairement ces sujets, donnant une vision d'ensemble, l'agrémentant de détails et révélant des généraux compétents mais trop peu connu tel Chanzy et Faidherbe.
Il manque parfois quelques cartes, mais celles proposées sont des plus lisibles.

Les trois livres sont de qualités mais je regrette tout de même le manque d'un ordre de bataille détaillé ne serait-ce qu'au début de la campagne.

L'armée de la Loire parle donc de la première puis de la seconde armée de la Loire. La première, commandée par d'Aurelle de Paladines, va connaître ses premiers succès et libérer Orléans. Son objectif est de marcher sur Paris malheureusement celle-ci va avancer trop lentement puis être contrecarrée par l'arrivée de renforts allemands provenant de la capitulation de Metz.
La second sera commandée par le général Chanzy qui malgré son infériorité numérique et matériel va toujours tenir en respect l'adversaire et sauvegarder son armée. Mais cette stratégie va progressivement l’éloigner de Paris.

L'armée de l'Est, formée en partie d’éléments provenant de l'armée de la Loire, sera commandée par le général Bourbaki qui proposera ses services à la République ne pouvait alors par rejoindre Bazaine dans Metz. Son armée a comme objectif de libérer Belfort, combiner ses forces avec celle de la place forte avant de marcher sur le Nord et couper les lignes de communications allemandes. Là encore les premiers succès initiaux vont être annihilés par une grave défaite aux portes de Belfort. L'armée n'aura d'autres choix pour éviter la capture que de se réfugier en Suisse. A noter une critique assez virulente de Garibaldi restant immobile dans Dijon.

L'armée du Nord, tristement le plus court des trois, traite de l'armée commandée par le général Faidherbe qui a elle aussi comme objectif de libérer Paris. Cette armée est la dernière et la plus faible, mais commandée par un général plein de ressources, elle va elle aussi connaître la victoire puis la défaite.

Le destin des dernières armées françaises est tragique mais au combien passionnante.